Vous êtes ici

Soutenance de thèse de Victor Audubert : "Le paradigme juridique de la plurinationalité : la réinvention de l’Etat ? Le cas de l’Etat plurinational de Bolivie"

-A A +A

Soutenance de thèse de Victor Audubert : « Le paradigme juridique de la plurinationalité : la réinvention de l’Etat ? Le cas de l’Etat plurinational de Bolivie »
Préparée au Centre de recherche sur l’action locale (CERAL - EA 3968) de l’Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité
sous la direction de Monsieur le Professeur Jean-René Garcia

Résumé : La notion andine de vivre bien est aujourd’hui présente dans plusieurs textes constitutionnels en Amérique latine, notamment en Équateur et en Bolivie. Dans ce dernier pays, l’introduction dans la Constitution politique de l’État (CPE) de 2009 d’une telle notion s’est accompagnée d’une refondation du droit dans son ensemble, débouchant sur une reconfiguration de l’État et des rapports avec ses différents sous-systèmes. Cette reconfiguration a également débouché sur une redistribution originale du pouvoir politique, d’une part entre les différents organes de l’État, mais aussi au sein même de la société civile. Aujourd’hui véritable norme constitutionnelle, le vivre bien semble transcender le nouvel État plurinational de Bolivie et agir sur la substance même du droit bolivien en tant que fondement éthique de la plurinationalité. Nous souhaitons démontrer dans cette thèse que l’État plurinational de Bolivie, au travers de la Constitution politique de l’État de 2009, ne s’inscrit plus dans le paradigme juridique de la Modernité, mais dans un paradigme juridique d’un genre nouveau : le paradigme juridique de la plurinationalité. Ce paradigme, dans sa tentative de dépasser la Modernité, reconfigure plusieurs notions centrales du droit constitutionnel : l’État, la production et l’interprétation du droit, le lien politique qui relie gouvernants et gouvernés, la relation entre l’État et la société. Nous proposons ainsi d’observer les effets de ce nouveau paradigme juridique sur le droit bolivien, et nous considérons que ce dernier est précurseur des évolutions à venir dans nos systèmes juridiques contemporains.

Le jury de thèse est composé de : - Jean-René Garcia, Professeur des universités associé en Droit public, HDR en Droit public, HDR en philosophie, HDR en Science politique, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité - Franck Lafaille, Professeur de Droit public (Président du jury), Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité - Alexis Le Quinio, Maître de conférences HDR en droit public, Sciences Po Lyon, rapporteur - Patrice Vermeren, Professeur des universités en philosophie, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis, rapporteur - Anne Cammilleri, Professeure de Droit public, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité - Fabienne Peraldi Leneuf, Professeure de Droit public, Paris 1 Panthéon - Sorbonne - Wanda Mastor, Professeure de droit public, Université Toulouse 1 Capitole

Site Internet : 
Responsable de la notice : 
Victor Audubert
Lettres d'information

Sélectionnez la(les) lettre(s) en cochant les cases correspondantes

Plus d'informations ?
CAPTCHA
Cette question est utile pour vérifier que vous êtes bien un humain et pas un robot (protection anti spam)
Image CAPTCHA
Plus d'informations ?
Informations
Soutenez l'IdA
Dernière mise à jour le 11/12/2018 - 18:02