Vous êtes ici

Le Brésil a-t-il besoin d’une réforme agraire ? Ruptures et continuités d’un débat

-A A +A

Le Brésil est un pays de taille continentale. En dépit d’une grande réserve foncière, l’accès à la terre, et notamment à la propriété, est au centre de conflits importants. Vestige du système latifundiaire colonial, la concentration foncière s’accompagne du développement d’un modèle agricole basé sur l’exportation de matières premières. À partir du XXème siècle, les revendications paysannes s’organisent et réclament plus de justice agraire en appelant à une redistribution des terres. Les militaires, arrivés au pouvoir en 1964, contournent le sujet de la réforme agraire en optant pour une redistribution par la colonisation de terres « vierges », principalement en Amazonie. Cette redistribution est supervisée par l’Institut de Colonisation et de Réforme Agraire (INCRA) (1970), dont le rôle limité ne suffit pas à contrôler et à garantir une dynamique d’occupation démocratique. La colonisation des « vides » s’accompagne en effet d’une modernisation agricole qui reproduit et poursuit la concentration foncière, au profit du modèle agroexportateur. Cette situation aggrave les tensions autour d’enjeux variés : délimitations imprécises des terres, spéculation sur les titres fonciers et occupations illégales, entre autres. La « lutte » pour la terre permet quelques avancées pour faire reconnaître les inégalités foncières, notamment après le retour à la démocratie (1985). L’arrivée de la gauche travailliste au pouvoir dans les années 2000 à travers Lula, figure volontariste sur le sujet, n’a pourtant pas conduit à une réforme agraire à proprement parler.

Dans ce cadre, nous proposons d’orienter cette Journée d’Études autour de la question suivante : Le Brésil a-t-il encore besoin d’une réforme agraire ?

L’objectif de cette journée est de faire le point et de se demander : Où en est la réforme agraire ? Est-elle encore envisagée ou envisageable ? Les divers•e•s intervenant•e•s de la journée tenteront d’identifier et d’analyser, à travers l’histoire de la question agraire et les débats souvent binaires (partisans et opposants à la réforme agraire) qui l’ont jalonnée, les avancées et les reculs, les ruptures et les continuités, permettant d’éclairer la situation actuelle.

Responsable de la notice : 
Marion Daugeard
Lettres d'information

Sélectionnez la(les) lettre(s) en cochant les cases correspondantes

CAPTCHA
Cette question est utile pour vérifier que vous êtes bien un humain et pas un robot (protection anti spam)
1 + 4 =
Plus d'informations ?
Informations
Soutenez l'IdA
Dernière mise à jour le 26/07/2019 - 18:38