Vous êtes ici

Le Brésil a-t-il besoin d’une réforme agraire ? Ruptures et continuités d’un débat

-A A +A

Le Brésil est un pays de taille continentale. En dépit d’une grande réserve foncière, l’accès à la terre, et notamment à la propriété, est au centre de conflits importants. Vestige du système latifundiaire colonial, la concentration foncière s’accompagne du développement d’un modèle agricole basé sur l’exportation de matières premières. À partir du XXème siècle, les revendications paysannes s’organisent et réclament plus de justice agraire en appelant à une redistribution des terres. Les militaires, arrivés au pouvoir en 1964, contournent le sujet de la réforme agraire en optant pour une redistribution par la colonisation de terres « vierges », principalement en Amazonie. Cette redistribution est supervisée par l’Institut de Colonisation et de Réforme Agraire (INCRA) (1970), dont le rôle limité ne suffit pas à contrôler et à garantir une dynamique d’occupation démocratique. La colonisation des « vides » s’accompagne en effet d’une modernisation agricole qui reproduit et poursuit la concentration foncière, au profit du modèle agroexportateur. Cette situation aggrave les tensions autour d’enjeux variés : délimitations imprécises des terres, spéculation sur les titres fonciers et occupations illégales, entre autres. La « lutte » pour la terre permet quelques avancées pour faire reconnaître les inégalités foncières, notamment après le retour à la démocratie (1985). L’arrivée de la gauche travailliste au pouvoir dans les années 2000 à travers Lula, figure volontariste sur le sujet, n’a pourtant pas conduit à une réforme agraire à proprement parler.

Dans ce cadre, nous proposons d’orienter cette Journée d’Études autour de la question suivante : Le Brésil a-t-il encore besoin d’une réforme agraire ?

L’objectif de cette journée est de faire le point et de se demander : Où en est la réforme agraire ? Est-elle encore envisagée ou envisageable ? Les divers•e•s intervenant•e•s de la journée tenteront d’identifier et d’analyser, à travers l’histoire de la question agraire et les débats souvent binaires (partisans et opposants à la réforme agraire) qui l’ont jalonnée, les avancées et les reculs, les ruptures et les continuités, permettant d’éclairer la situation actuelle.

Responsable de la notice : 
Marion Daugeard
Dernière mise à jour le 26/07/2019 - 18:38