Vous êtes ici

Appel à contributions Revue IdeAs n°16 : "Les marges créatrices : émergence des intellectuel·le·s noir·e·s et métis·se·s et indigènes aux Amériques (XIXe-XXe siècles)"

-A A +A
15/10/2019

Le numéro 16 de la revue IdeAs, à paraître en octobre 2020, portera sur « Les marges créatrices : émergence des intellectuel·le·s noir·e·s et métis·se·s et indigènes aux Amériques (XIXe-XXe siècles) ». Nous voulons nous intéresser aux Amériques intellectuelles noires et non-blanches. Nous recevons des propositions d'articles sur tous les pays du continent américain, en français, anglais, espagnol ou portugais.

Argumentaire

Placés à la marge à la fois de leur société, des institutions savantes et des réseaux du livre, les historiens africains américains du 19e et du début du 20e ont dû faire preuve de beaucoup d’ingéniosité et d’imagination dans la recherche de sources et la publication de leurs ouvrages. Ainsi ont-ils utilisé des sources orales et des journaux bien avant leurs homologues anglo-américains. Pour parvenir à publier leurs ouvrages, les premiers auteurs africains-américains (récits d’esclaves, romans) ont adopté des techniques variées (financement à compte d’auteur et / ou par souscription, vente des ouvrages par eux-mêmes etc.). La situation à la marge s’est donc avérée créatrice, comme l’a révélé le projet IDEX Sorbonne Paris Cité « Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains- Américains » https://hdlm.hypotheses.org/ et ses publications associées.

Au-delà de ce projet, dont une première étape importante vient de se conclure, nous voulons nous intéresser aux Amériques intellectuelles noires et non-blanches plus globalement, au-delà des États-Unis. Ainsi proposons-nous de consacrer un numéro de la revue IdeAs. Idées d’Amériques  au sujet, en ouvrant notre problématique à une triple perspective : un élargissement du domaine géographique, culturel, ethnique et « racial » (l’ensemble des Amériques, avec en conséquence la prise en compte des acteurs noirs, indigènes, « mulâtres » ou métis selon les pays, les situations et les terminologies), l’ouverture vers la dimension du genre (les stratégies et contributions des femmes afro-descendantes, indigènes ou métisses) et les processus de création intellectuelle et d’édition plus largement compris (écriture de l’histoire, mais aussi de la fiction). Il s'agit d’explorer le potentiel qu’offre la comparaison entre les expériences de l'ensemble des Amériques – Amérique latine, Caraïbes et Amérique du Nord – en ce qui concerne les « marges créatrices ». Il nous paraît donc important de prendre en compte aussi le travail des historiens caribéens du 19e siècle, en particulier de la première génération d’historiens haïtiens dont l’émergence coïncide avec celle des historiens africains-américains que nous avons étudiés (voir la thèse récente de Délide Joseph). Nous aimerions également explorer la question de l’émergence de voix noires ou métisses au Brésil (voir les contributions récentes de Paulina L. Alberto ou de Gioavana Xavier da C. Nascimento[3]), dans les Antilles et en Amérique latine jusqu’au tournant du 20e siècle : quelles conditions sociales, économiques et politiques rendent possible l’expression d’une « voix » « noire », « métisse » ou « indigène » en situation de domination ? Pourquoi certains pays ont-ils une longue tradition d’élites intellectuelles et artistiques noires alors qu’il n’en va pas nécessairement de même ailleurs ? Comment la situation « marginale » dans ces différents espaces du continent américain s’est-elle avérée créatrice en termes notamment de méthodes, perspectives, esthétiques et sources ? Positionnés aux marges, les intellectuels issus des communautés indigènes ou africaines ne sont-ils pas aussi parfois au cœur de la construction nationale ? Les concepts de « marges » et « centre » ne doivent-ils pas être dépassés ?

Calendrier 

Envoi des résumés (environ 500 mots) et des notices bio-bibliographiques des auteurs au plus tard le 15 octobre 2019 conjointement à :

Pré-sélection des propositions jusqu'au 31 octobre. Réponses envoyées par les responsables du dossier au plus tard le 4 novembre.

Envoi des articles retenus lors de la phase de pré-sélection au plus tard le 1 mars 2020.

Le dossier sera publié en octobre 2020.

Modalités

Les articles sont tous soumis à double expertise en aveugle. C’est au comité de rédaction que revient la décision finale de publier les articles soumis selon les retours d’expertises et l’importance des révisions à entreprendre. 

Les articles ne dépasseront pas 45 000 signes (notes, bibliographie et espaces compris) et respecteront les normes de la revue.

Tout article soumis à la revue doit être inédit. Il n’a pas été publié auparavant ni sous forme papier, ni sur internet, dans aucune langue et n’est pas soumis simultanément à d’autres revues. L’auteur s’engage à en céder les droits d’auteur à la revue pour sa reproduction électronique et autorise celle-ci à publier l’article en ligne. Si une traduction de l’article est nécessaire, elle sera effectuée après acceptation de l’article par la revue et en relation avec celle-ci. 

Coordinatrices du dossier thématique

Dernière mise à jour le 19/08/2019 - 19:44