You are here

Retour sur "Intimités linguistiques dévoilées"

-A A +A

Les intervenantes de la table-ronde : Zoé Fortier, Anne-Céline Genevois, Myriame El Yamani, Andrée Levesque Sioui

Après plusieurs mois dattente, le partenaire du pôle Canada Projet Ose a enfin lancé sa tournée de projections du documentaire intimités francophones deux au cours de la Première Biennale des Langues. Lors de cet évènement organisé par la Caravane des dix mots qui a eu lieu à Lyon le 27 mai 2021, la réalisatrice Anne-Céline Genevois a convié trois panélistes-artistes pour une table-ronde afin quelles évoquent leur expérience de la langue. Le documentaire illustre le vécu des francophones de lOuest canadien et du Brésil afin d’échanger sur nos réalités linguistiques. Pour poursuivre cette discussion, la Biennale des Langues a donc accueilli Zoé Fortier (artiste multidisciplinaire), Andrée Levesque Sioui (poète, autrice, mélodiste et interprète) ainsi que Myriame El Yamani (conteuse, écrivaine et chercheuse). Les invitées ont donc parlé de leur rapport à la langue française et à son imaginaire mais également de la relation quelles entretiennent avec dautres langues. 

Zoé Fortier a ouvert les présentations en exposant son vécu en tant que francophone de la Saskatchewan mais aussi son travail dartiste qui a pour but dessayer de rendre visible ce vécu dans le territoire francophone des plaines.

Andrée Levesque Sioui, quant à elle, est issue de la nation huronne-wendat et œuvre à la préservation de la langue wendat. Elle explique que si le français est sa langue première, cest le travail avec les autres langues qui lui permet de mieux la comprendre et linterroger.

Myriame El Yamani a également le français comme langue maternelle bien quelle soit née au Maroc. Elle décrit son rapport à la langue comme étant de lordre de lintime et comme un moyen dentrer en dialogue avec lunivers et limaginaire de lautre.

Anne-Céline Genevois a commencé la discussion en interrogeant le statut colonial de la langue française. Selon Zoé Fortier, il convient tout dabord de reconnaitre ce fait mais aussi de voir que ce colonialisme est toujours présent dans la mesure où les populations autochtones continuent d’être exposées à leur propre génocide culturel. Afin de combattre cela, il est nécessaire de lutter contre lignorance et les politiques qui continuent à instaurer loppression. Pour Andrée Levesque Sioui, les langues sont associées à une vision du monde et la disparition des langues autochtones doit être combattue. Si la Commission de vérité et réconciliation du Canada est un début, le respect de la différence est nécessaire. Elle évoque également avec joie la présence de la langue wendat pour le projet De la poésie sur les toits, à Québec, qui permet à cette langue de coexister avec les autres. Myriame El Yamani ajoute quil faut également prendre conscience que de nombreuses langues sont des langues coloniales et que la question du rapport entre une langue dominante et une langue minoritaire se pose au-delà de l’échelle du Québec. 

Lintégralité de ces échanges fructueux est disponible sur la chaîne Youtube de Projet Ose

Les institutions qui souhaitent avoir de linformation et devenir partenaire de la tournée de projections du documentaire intimités francophones deux peuvent contacter Marion Jouanneau.

Boletines

Sélectionnez la(les) lettre(s) en cochant les cases correspondantes

More information?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
More information?
Informations
Apoya al IdA
Dernière mise à jour le 14/06/2021 - 09:47