Vous êtes ici

Parution de "Politique américaine" numéro 32

-A A +A
10/01/2019

Revue publiée en partenariat avec l’Institut des Amériques

La revue "Politique Américaine", qui est classée par le HCERES comme revue de "rang A" en science politique (revue à comité de lecture), publie son numéro 32, "Egalité et moibilité sociale aux Etats-Unis : La "recherche du bonheur" est-elle confisquée ?". Revue publiée en partenariat avec l'IdA.

Éditorial - Alexandra de Hoop Scheffer (German Marshall Fund of the United States) et François Vergniolle de Chantal (Université Paris Diderot).

Introduction - François Vergniolle de Chantal (Paris Diderot) et Christine Zumello (Sorbonne Nouvelle).

Politiques à destination des classes moyennes, facteur d'égalité ou d'inégalité - Bradley Smith (Université Nanterre).

Les années 1950 voient l’émergence d’une idéologie selon laquelle l’héritage politique du New Deal aurait permis aux États-Unis de devenir une société de classes moyennes. Grâce à la mise en place de l’État-providence, d’une fiscalité très progressive et d’une politique d’accès à la propriété immobilière, les inégalités sont peu importantes et de nombreux Américains de la classe ouvrière viennent gonfler les rangs des classes moyennes : les politiques à destination de ces dernières seraient donc un facteur d’égalité important. Or, depuis la fin des années 1970, les États-Unis assistent au retour d’inégalités économiques telles qu’ils ne les avaient pas connues depuis les années 1920. La classe moyenne serait aujourd’hui en train de s’effriter, ce que certains imputent à la cupidité de la haute finance, d’autres à une fiscalité excessive et une réglementation trop stricte. Cet article défend la thèse que les politiques à destination des classes moyennes peuvent aussi être facteurs d’inégalité lorsque, pour maintenir leur mode de vie, des membres de cette classe soutiennent les réductions d’impôt, la déréglementation et d’autres politiques néolibérales. Le paradoxe est que ce sont ces mêmes politiques qui à terme rendent
le mode de vie de la classe moyenne moins accessible au grand nombre.

La crise identitaire du Parti démocrate face à l'avènement de l'aristocratie blanche - Olivier Richomme (Université Lyon 2). 

Le capitalisme financier américain et les mécanismes d’accumulation de richesse sur plusieurs générations ont crée une nouvelle forme d’aristocratie qui est presque exclusivement blanche. Cette stratification ethno-raciale, et sa mesure statistique, change la perspective que les Américains ont des inégalités. Cet article propose dans un premier temps d’examiner dans quelle mesure affiliation ethno-raciale et appartenance à une classe sociale sont imbriquées. Dans un second temps, nous exposons le dilemme stratégique du Parti démocrate en réponse à l’avènement de cette aristocratie blanche. Le parti, fortement divisé quant aux leçons à tirer de l’élection de 2016, se trouve poussé, presque malgré lui, vers une certaine forme d’intersectionalité par des contraintes électorales fortes.

Obama et le Affordable Care Act: un nouveau discours pour une nouvelle approche politique - Lea Stephan (Université Toulouse Jean Jaurès).

Cet article propose une analyse du discours de Barack Obama concernant la politique de santé et les politiques sociales. L’analyse met en avant une nouvelle approche discursive centrée sur l’union par intérêt économique des différentes populations raciales des classes moyenne et ouvrière en puisant dans une rhétorique de transcendance raciale et de populisme économique. Le discours d’Obama est une réponse méticuleuse au discours conservateur et néolibéral (qui favorise la division raciale et le désengagement de l’État) afin de créer un nouvel environnement discursif favorable à la réforme de santé. Il est ensuite montré comment l’approche idéologique d’Obama se reflète dans le Affordable Care Act.

La question raciale au coeur de l'activisme étudiant sur les campus américains - Clémentine Berthélémy (Université Aix Marseille).

L’un des traits caractéristiques des universités américaines est sans contredit leur caractère microcosmique. Ces « sociétés en miniature » ont souvent constitué un terrain fertile pour le développement de l’activisme estudiantin. Cet article propose d’apporter un éclairage sur le visage actuel de l’engagement estudiantin qui, depuis une dizaine d’années déjà, fait un retour remarqué. Cet article entend d’une part mettre en lumière la place centrale qu’occupe la question raciale dans les mobilisations étudiantes et d’autre part discuter la façon dont l’activisme se développe et se manifeste sur les campus et dans quelle mesure il peut/doit être perçu comme le signe que le seuil de tolérance du degré d’inégalité a été aujourd’hui atteint.

Entrechoquements axiologiques et sentiment de 'frustration relative': l'expression publique de la colère anti-médias des partisans de Donald J. Trump pendant la campagne présidentielle de 2016 - Sébastien Mort (Université de Lorraine).

Depuis les campagnes présidentielles de 2016, l’hostilité envers les médias d’information grand public s’est très nettement intensifiée. Aiguillonnés par leur candidat, les partisans de Trump expriment publiquement leur colère envers les journalistes de ces médias, notamment en marge des rassemblements publics du candidat. En mobilisant les travaux sur le lien entre statut social et expression publique de la colère, la présente étude suggère que, dans le cas des partisans de Trump, l’impression de « frustration relative » (relative deprivation) par rapport à d’autres groupes sociaux préside à l’expression publique de la colère. L’influence des médias d’information sur la façon dont les soutiens de Trump évaluent leur « statut social subjectif » s’explique par les entrechoquements axiologiques entre ces derniers et les journalistes.

VARIA:
Les périls de l'idéologie: la droite américaine et le dérèglement climatique
 - Jean-Daniel Collomb (Université Lyon 3).

Cet article tente de mettre en lumière les ressorts idéologiques de l’hostilité du parti républicain à des politiques volontaristes en matière climatique, tout en plaçant l’argumentaire déployé par les think tanks conservateurs et libertariens qui alimentent ce parti en idées dans le contexte de la forte polarisation de la vie politique américaine. Malgré l’existence de voix dissidentes au sein des mouvements conservateurs et libertarien, l’hostilité à l’égard de l’État régulateur et la volonté de préserver totalement la souveraineté nationale américaine incitent la grande majorité des élus républicains à refuser tout compromis sur la question climatique. L’article permet de saisir l’argumentaire climato-sceptique dans sa complexité et de mesurer son importance dans un contexte où les deux grands partis coopèrent de plus en plus rarement et peuvent faire usage de nombreux mécanismes d’obstruction.

POINT DE VUE:
Can President Donald Trump Destroy the LIberal International Order?
 - John E. Rielly (Professeur émérite au Chicago Council on Global Affairs). 

Compte-rendu d'ouvrages (section réalisée sous la direction d'Alix Meyer, Université de Bourgogne).
Andrew J. Hoffman, How Culture Shapes the Climate Change Debate, Stanford, Stanford University Press, 2015, 110 p.
Jeffrey S. Bachman, The United States and Genocide. (Re) Defining the Relationship, Routledge, London and New York, 2018, 209p., Index, Bibliographie.
Lauric Henneton, La fin du rêve américain ? Paris, Odile Jacob, 2017, 303 p. avec notes et index.

Dernière mise à jour le 10/01/2019 - 14:48